CONVERSATION AVEC GNUCCI

Il y a un an, nous avions interviewé Gnucci par email après être allées au concert de Princess Nokia au Badaboum, dont elle faisait la première partie. En septembre dernier, nous étions au vegan pop festival Smmmile au Trabendo. Nous avons eu la chance d’y interviewer Gnucci à nouveau, mais cette fois de visu. Installées dans sa loge, on a discuté des changements nécessaires de la vie ainsi que du concept Women ASAP. La chanteuse suédoise nous avait déjà donné sa définition du féminisme. Cette fois-ci, elle nous explique comment elle se sent en tant que femme artiste à 30 ans.

 

Tu as eu 30 ans cette année, c’est ça ?

Oui.

 

Et tu es mariée ?

Non.

 

Non ? Pourtant c’est écrit sur internet ! Mais tu es en couple, non ?

Non ! J’ai déjà donné, et j’en ai fini avec ça.

 

C’est bon à savoir ! 

Tu vois, il se passe plein de choses en un an !

 

En effet ! Du coup comment tu te sens à 30 ans ? Est-ce que tu as l’impression de vieillir, est-ce que tu as envie d’un enfant, de former une famille et de quitter la scène pour quelques années ?

Non.

 

Tu as plutôt l’impression de t’épanouir ?

Oui, à 100%.

 

Beaucoup de gens se sentent vieux quand ils atteignent la trentaine.

Ouais, j’ai remarqué. Moi je vois ça comme ça, d’abord tu es un enfant, il se passe beaucoup de choses. Surtout avec les essais et les erreurs, tu apprends beaucoup. Tu accumules des connaissances. Puis tu es ado et tu es censé mettre en pratique ces connaissances. Tu es aussi censé en savoir un peu plus sur toi-même parce que très vite, tu vas devoir prendre tes responsabilités. C’est là que tu fais des erreurs. Et ça pendant un bon moment. On fait tous de la merde, on pense tous « Oh mon Dieu je fais tout pour la première fois, je vais mourir d’angoisse ». Il y a beaucoup de premières fois. Du coup, quand tu arrives à tes trente ans, en fait, tu as appris plein de trucs et tu peux choisir d’en apprendre aussi sur toi, donc tu te connais. Je pense que ces dernières années, j’ai acquis assez de connaissances, surtout à propos de moi-même, pour savoir ce que je veux et savoir ce dont j’ai besoin. Je n’ai pas envie de me consacrer à un bébé ou à une autre personne, je veux me consacrer à moi. Je n’ai pas envie de me consacrer à un partenaire, je veux me consacrer à moi. Je veux me sentir sûre de mes choix, je veux avoir la liberté de mes choix. Pour moi, c’est comme ça qu’on se sent à 30 ans. Tu trouves que c’est l’impression générale de se sentir vieux à 30 ans, que c’est comme un point de non-retour ?

 

Oui, particulièrement pour les femmes. On est censées rester jolies.

J’en parlais un peu plus tôt dans la journée, parce que c’est devenu normal d’essayer de rester jeune. Je ne comprends pas, parce que le changement est quelque chose de magnifique. Je suis une grande fan du changement. Quand quelque chose reste pareil, pour moi, ce n’est pas forcément sain. Un corps est censé changer. Il y a de la beauté dans cela. Alors maintenir quelque chose que tu penses être fait seulement pour être regardé et pas pour être ressenti … Se sentir jeune, c’est un sentiment. Ce n’est pas forcément lié à l’apparence, mais on nous bombarde avec ça, et parfois c’est perturbant.

 

 

Ça nous amène à toi, qui a dit « Ce n’est pas les femmes dans le futur, c’est les femmes ASAP » ce soir sur scène !

Bon, non, en vrai c’est encore clairement compliqué. En gros, mon monde est dirigé et mené par des femmes. J’ai vraiment le sentiment d’avoir une forte présence féminine autour de moi, et je pense qu’il y a un certain danger à définir les femmes qui font vraiment bouger les choses comme le futur. Je pense que les accomplissements présents et les actions actuelles de beaucoup de femmes sont tellement énormes qu’il y a déjà de quoi célébrer. Aussi, c’est plutôt « Je n’ai pas le temps pour ça, donne moi le maintenant. Donne le moi hier. Je le voulais hier ».

 

Comment tu te sens en tant que représentante féminine ? Dans « Little Girls » sur ton album You Good I’m Good Let’s Be Great, tu parles sans aucun filtre.

Ça me plaît. C’est une conscience que j’ai quand je fais de la musique. Ça peut être très provocateur. Pour moi, c’est le fait que toutes ces choses que je dis dans la chanson sont normalisées. Je le dis de façon aussi franche et directe parce c’est comme ça que je le ressens.

 

Retrouve Gnucci sur Facebook, Twitter et Instagram.

Tu peux aussi la trouver sur Soundcloud, iTunes et les plateformes de streaming.

 

Crédit photo : Esteban Wautier

Laisser un commentaire